• Jo et Sylvie

Rio de Janeiro


11 Juillet :

Après une mer plus qu’agitée séparant Vitoria à Rio de Janeiro, nous arrivons enfin ce 11 juillet devant la baie de Rio de Janeiro, il est 6 :00 du matin.

Bien sur nous ne voulions pas rater cet évènement pour voir la magnifique statue représentant le Christ avec le bras ouverts dressée sur une montagne 'corcovado', emblème de Rio.

En arrivant sur le pont supérieur, le vent est toujours là, la mer quand à elle est toujours bien déchainée. Le ciel est bien gris et chargé de nuages qui empêchent de bien distinguer les montagnes et collines qui entourent la ville de Rio.

On apprend que le navire doit attendre la venue du ‘pilote’ qui guidera le bateau jusqu’au quai. En attendant, le bateau ne pouvant pas mouiller l’ancre au large décrit des formes de ‘8’, d'abord à contre sens du courant à 15 knots (environs 30 km/h) et demi-tour dans le sens du courant à 5 knots et ainsi de suite.

11 :00 arrive, toujours pas de ‘pilote’… Dommage nous ne pourrons pas sortir sur ‘terre’ ne serait-ce qu’une heure…

14 :00 arrive…. Puis 17 :00…. Nous apprenons alors que nous entrerons dans le port au matin du 12 juillet et resterons sur Rio toute la journée.

Avantage de ce changement, c’est que cela nous permettra de sortir quelques heures mais l’inconvénient est que nous prenons de ce fait du retard sur notre date d’arrivée à Montevideo.

Cela fait partie du voyage et de l'aventure, nous attendons donc sans avoir trop de choix....

Alors que nous faisons une bref visite sur le pont, un philippin passe à côté de nous et souhaite avoir une photo avec nous. Depuis le début du voyage, entre équipage philippins ou italiens, il est difficile de se souvenir des prénoms de chacun. Aussi pour simplifier, nous avons donné un surnom à chacun. Cela va de Kad Merad à Freddie Mercury ou Barracuda.

Ne voulant pas prendre de risques avec le vent qui souffle dehors, nous restons à l’intérieur, la journée se passe entre discussions sur le périple à faire en camping-car à notre arrivée, parties de scrabble, sieste…. Nous devons admettre que ces boucles incessantes de ‘8’ avec une mer déchainée nous donnent un peu la nausée. C’est vraiment la première fois que nous constatons une mer aussi agitée depuis notre départ d’Anvers.

12 juillet :

Lorsque nous nous réveillons, nous constatons que le bateau décrit toujours les même '8' au large de Rio. Nous sommes toujours en attente du 'pilote' mais aussi de la place dans le port. Heureusement, la mer est devenue plus calme.

Pas très loin de nous,nous apercevons un autre bateau de la même compagnie que le notre. Cela fait tout drôle de voir le bateau identique au notre. Dans ce manège de '8', le bateau apparait tantôt derrière nous, tantôt devant nous.

Des passages nuageux masquent la ville qui est à peine à 20 kms de notre position sur l'eau.

Nous nous occupons entre visite sur le pont ou au salon du bateau ou dans notre cabine.

C'est une journée 'calme'.... qui aura le mérite de nous montrer quelques dauphins venus s'amuser autour du bateau comme pour nous narguer de leur totale liberté à se déplacer dans l'eau contrairement à nous.

Il sera environ 16 :00 lorsque le bateau quittera cet interminable circuit en ‘8’ pour prendre enfin le cap direction la baie de Rio de Janeiro après presque 2 jours d’attente au large.

En approchant la baie, nous contemplons au loin la longue plage de Copacabana qui se trouve au pied des monts qui l’entourent comme le célèbre ‘pain de sucre’ et le célèbre ‘corcovado’.

L’heure avancée de la journée et le ciel nuageux ne permettront pas de faire des photos comme nous aurions souhaité sur la beauté de ce décor. Nous ne sommes pas ‘villes’ mais Rio possède quelque chose de grandiose surtout son entrée depuis un bateau.

Un 'yessss' de soulagement après toute cette attente au large !

La vision qu’offre le pont supérieur est magnifique. Dans la ville de Rio, tout y est concentré ou presque, nous croisons un aéroport en limite d’eau, puis c’est une base navale avec porte-avions et croiseurs. Il apparait ensuite une série d’immeubles ainsi qu’un large quai rectangle qui s’avance sur l’eau sur lequel des passants se promènent tout en regardant les bateaux passer et pour finir sur les hauteurs sont regroupées les fameuses ‘favela’…

Deux remorqueurs prêtent assistance aux manœuvres du bateau qui se rapproche peu à peu de l’un des quais, il est alors 17 :30. Le ‘Grande Buenos Aires’ ne sera pas tout seul aligné au port. A côté de lui, un autre navire porte containers est là pour chargement déchargement.

Aussitôt le navire immobilisé, la passerelle est baissée et autant le personnel de bord que les dockers présents sur le quai se mettront au travail. Il y a quelques semaines nous étions loin d’imaginer toute cette effervescence que nous rencontrerions dans chacun des ports traversés. Tout est structuré, synchronisé et bien rangé.

Alors que des containers sont extraits du bateau depuis une grue géante, des voitures amenées tout droit d’Europe sortent des ponts inférieurs via la passerelle. Garées en file indienne, elles passeront une à une sous un chapiteau largement éclairé à cette heure avancée de la nuit pour être examinées extérieurement afin de vérifier l’absence d’éventuels chocs. Viendra ensuite la fouille de ces véhicules avec ouverture de coffres, portes latérales, peut-être une recherche de drogue ou autre produit du genre.

Le bateau devant partir tôt le lendemain, nous ne pourrons pas sortir dans la ville de Rio. Ce n’est pas grave car après ce premier périple que nous allons faire en camping-car aux Amériques, nous prévoyons de faire une escale dans cette ville du Brésil avant de rentrer quelques temps en France.

Il est 3 :00 du matin, réveillés par le bruit du moteur du bateau et les vibrations, nous sentons que nous partons….

Aussitôt, nos regards se portent au hublot de la cabine qui donne sur la ville toute illuminée avec ses reflets sur l’eau du port. Nous nous empressons à cette heure matinale de monter sur le pont afin d’assister au déroulement des opérations. Le long bateau cargo est parti pour laisser place au bateau Grimaldi lines, le même bateau que nous qui se trouvait aussi en attente au large.

Nous saluons la statue du Christ toute éclairée et disons ‘au-revoir Rio…à bientôt’.

Prochaine étape Santos,ville portuaire de Sao Paulo...