• Jo et Sylvie

Buenos Aires


01 Aout :

Nous voici dans le hall d'embarquement, nous allons quitter l'Uruguay pour visiter Buenos Aires. Nous ne sommes pas 'ville' et voulons limiter cette visite à deux jours. Après les formalités douanières et une heure de bateau, nous voici dans la capitale Argentine.

Nous constatons que l’arrivée n’est pas très éloignée du quartier ‘La Boca’ avec un passage touristique au Caminito.

Ce quartier populaire et pittoresque date du XIX siècle. Il était composé de lieux inhospitaliers. Situé en bordure d’eau, il était sujet à de nombreuses crues mais cela n’empêcha pas la venue d’immigrés génois qui revendiquèrent l’indépendance. L’histoire dit que les dockers coloraient leurs maisons de ‘rejets’ industriels. Il faudra attendre les années 50 pour que ce quartier devienne un lieu incontournable pour tout visiteur se rendant dans la capitale.

Avec la participation du peintre Quinquela Martin qui a su donner une autre vie à La Boca, les maisons aujourd’hui sont peintes de différentes couleurs, l’artisanat est implanté tout comme les magasins de souvenirs. Des danseurs de tangos s’affichent aux terrasses de café et 'tomber' dans le piège de pauser le moment d'un tango est inévitable...

Les rues possèdent de nombreuses fresques, sculptures murales et autres oeuvres d'art.

Il y a aussi une voie de chemin de fer aujourd'hui abandonnée qui traverser le quartier.

C’est à pied que nous continuons notre visite de la capitale direction le quartier de San Telmo.

On y trouve un mélange d’immeubles modernes et anciennes habitations de type colonial. Nous passons à proximité de la ‘calle Calvo’ et décidons de se rendre à la maison d’hôtes où nous avons réservé pour y laisser nos sacs à dos de manière à circuler plus librement en soirée.

C’est Yann, un français installé en Argentine qui tient cette maison typique et restaurée avec soin.

La nuit tombée, nous partons nous promener le long du Puerto Madero. C’est un port qui fut construit au XVIII eme siècle afin de permettre à des bateaux de commerce maritimes d’accoster.

Ce port se compose d’une série de bassins fermés mais très vite la taille deviendra inadaptée et aujourd’hui, c’est un centre des affaires avec gratte-ciels, bars, restaurants en terrasse.

02 Aout :

Nous quittons notre chambre pour prendre un copieux petit déjeuner et croisons d’autres français, en voyage pour la plupart.

Le service offert par Yann mérite une publicité : La Querencia de Buenos Aires – Carlos Calvo 1328 – Tél. : 54-11-4304-2990 - Laquerenciadebuenosaires.com

De plus la position géographique permet de reprendre très vite la visite de ce deuxième jour. Nous partons en direction de la place Mayo, une place importante de la ville.

Au passage, nous entrons dans le ‘Mercado’, une sorte de halle qui réunie des petits commerces.

Un peu plus loin, nous nous arrêtons devant une basilique ‘Nuestra senora del Rosario ’ bombardée par les anglais en 1807. Témoin de ces années de guerre, la basilique possède sur une paroi, des ‘boulets’ mis là en souvenir.

Depuis la place Mayo, en longeant le ‘micro centro’ nous remontons jusqu’à l’Obélisque, emblème de la ville où se tient une manifestation. Cet obélisque d’une hauteur d’une soixantaine de mètres n’a rien d’exceptionnel et nous décidons de repartir vers le Puerto Madero.

Au passage, nous nous arrêtons à un magasin ‘Personnal’, fournisseur d’accès internet afin de nous assister dans la mise en service de note carte sim achetée.

Revenus à Puerto Madero, nous allons visiter un des deux navires amarrés à quai : la frégate Sarmienta, très beau navire datant de 1899. Ce bateau a réalisé dans des conditions parfois rudes dures 37 fois le tour du monde. A bord, on y retrouve uniformes et mobiliers d’époque, objets maritimes, scaphandres, armements. Très beau navire qui mérite d’être vu en passant à Buenos Aires.

Epuisés par les quelques 35 kms de marche dans la ville, nous retournons en soirée reprendre le bateau pour retourner en Uruguay et retrouver notre kokopelli, content de nos deux journées avec un programme bien rempli.

Une fois débarqués nous prenons un taxi pour se rendre au camping, il fait nuit, nous avons avec nous des pesos argentins obtenus dans un ‘cambio’ et nous ne souhaitons pas nous attarder avec tout cet argent sur nous.

Prochaine étape : Colonia del Sacramento....