• Jo et Sylvie

Ile de Santa Catarina


22 Août :

Après avoir quitté Laguna et son fameux spectacle entre les pêcheurs et les dauphins, nous prenons la route à destination de l'Ile de Santa Catarina. C'est une destination touristique renommée du sud du Brésil, notamment en raison de ses nombreuses immenses plages.

Nous n'avons aucune information sur la réserve disponible de notre bouteille de gaz depuis le début de notre voyage. L'application Ioverlander nous indique l'emplacement d'une station de gaz à proximité sur notre route. Nous nous arrêtons à 'Ultragaz' et la personne nous propose le modèle de bouteille 'Brésilien', une bouteille bleue avec une largeur qui ne rentrerait pas dans la soute gaz du camping-car.

Je lui montre notre bouteille qui est une bouteille 'Argentine'. Il réfléchit un moment puis - d'après ce que nous avons compris - il nous explique que 'transvaser du gaz' est interdit au Brésil mais il va nous aider... Pedro, son prénom part effectuer quelques raccords dans sa boutique et emmène dans sa voiture notre bouteille après l'avoir pesée.

Pendant son absence qui va durer pas loin d'une heure, nous discutons avec son épouse Rosi sur le 'd'où venez-vous, où allez-vous' à propos de notre périple... Les échanges de discussions sont agréables et se font à travers le traducteur depuis son écran d'ordinateur.

Rosi nous indique les meilleurs endroits à faire sur l'Ile de Santa Catarina et surtout une randonnée à ne pas manquer qui est celle de 'Lagoinha do Leste' située au sud de l'île.

Pedro revient une heure après, nous pèse la bouteille rechargée pour en déduire le prix à payer et la bouteille est remise en place. Nous voici avec le plein de gaz fait.

Un grand merci à Pedro pour ce service et merci à Rosi pour ses informations que nous allons suivre. Vous êtes formidables et nous vous donnerons des nouvelles du voyage.

L'accès à l'île se fait par un pont suspendu qui nous emmène immanquablement à Florianapolis. C'est la ville la plus importante de l'île mais aussi la capitale de l'état de Santa Catarina. Nous entrons dans une ville gigantesque et bruyante. Depuis le début de notre voyage, nous avions oublié ce qu'était une grande ville, des immeubles partout, des avenues qui vont dans tous les sens, des axes routiers qui passent l'un sur l'autre. Bref, nous sommes bien de retour dans la civilisation et aspirons de vite sortir de cette grande cité.

La nuit commence à tomber et arrivons à un camping situé à Canasvieiras, station balnéaire au nord de l'île. Le camping est très agréable, soigneusement tenu, notre 'voisin' est une camping-car Brésilien.

23 août :

Nous partons balader le long de la plage Jureré pour atteindre le monument historique d'une forteresse. La plage fait 5 kms de long. Malheureusement le ciel est gris, parfois pluvieux mais la balade sera agréable.

La plage s'arrête par certains rochers qu'il faut contourner pour revenir sur le sable. Nous arrivons à une ancienne forteresse 'Fortaleza Sao José Da Ponta Grossa'.

C'est une ancienne forteresse construite en 1739 qui avait pour but de protéger la baie 'nord' de l'île. Depuis la forteresse nous avons une beau belvédère sur la plage

Pour retourner au camping nous décidons de passer par le centre de Canasvieiras.

Nous traversons un quartier de maisons et d'appartements et avons du mal à élire une construction plus qu’une autre. C'est un endroit très fréquenté par des Argentins, riches Brésiliens ou encore Américains. Toutes ces maisons sont splendides et nous font penser à un air de Miami avec des jardins bien entretenus.

Sur le chemin du retour, nous nous amusons à cumuler les différents couleurs de fleurs rencontrées.

24 août :

Au moment de quitter le camping, Augustun, le propriétaire du camping qui souhaite nous montrer un petit singe sur la branche d'un arbre. Quelques derniers échanges avec nos 'voisins' brésiliens et nous quittons la camping.

Nous roulons en direction de Ingleses. Cette station balnéaire se situe à une vingtaine de kilomètres à droite de l'île. Tout comme Canasvieiras, nous retrouvons une aussi longue plage mais avec un côté un petit peu plus sauvage. A l'extrémité, nous rencontrons des barques et cabanes de pêcheurs.

Derrière ces cabanes, un chemin nous mène à travers des dunes. Nous poursuivons notre découverte et tombons sur une plage de surfeurs, la plage de Santhinos. Nous restons un petit moment à observer deux baleines qui se sont rapprochées du rivage avant de repartir à kokopelli.

Sur le conseil donné par Rosi, nous allons jusqu'à la partie basse de l'île afin de faire la randonnée Lagoinha do Leste menant à une fameuse lagune alimentée par la mer à marée haute. La route est longue et je me suis demandé si cela valait vraiment le coup d'aller à l'opposé de l'île pour une randonnée.

Nous arrivons en fin d'après-midi dans le petit village de pêcheurs de Pantano do Sul et cherchons un bivouac. Nous rencontrons des personnes d'un certain âge à qui nous demandons un 'estacionamento noite'. L'un d'en eux nous emmène sur une pâture clôturée non loin de là qui sert de parking payant en journée. Le responsable 'Didi' nous accueille avec fierté, nous laisse le cadenas du portail et nous rassure que nous dormirons bien.

Le lendemain matin, il fait beau et toutes les conditions sont réunies pour partir faire cette randonnée.

Nous retrouvons Didi qui vient d'ouvrir son parking et attire notre attention sur la présence de deux caimans dans le petit marécage en limite du terrain.

Nous commençons par une petite visite de ce petit port de pêche et empruntons un sentier assez sauvage.

Il arrive même qu'il faille s'y reprendre deux fois pour passer certains obstacles.

La végétation est très dense dans ces collines, la forêt est impénétrable, on y trouve des palmiers, des caoutchoucs, des cannes à sucre, des plantes grasses et enfin des lianes.

Au bout d'une bonne heure de marche et d'efforts malgré l'appui des bâtons de marche, nous arrivons sur une immense plage. Nous continuons notre randonnée jusqu'à la lagune, lieu et place pour un bon pique-nique.

Nous passons une bonne partie de l'après-midi à contempler l'échange de mer salée de l'océan venant se confondre dans l'eau de la lagune. Nous traversons ce milieu pour mieux se rapprocher des vagues qui viennent se fracasser sur les rochers.

Nous devons songer à retourner au camping-car et ce sera avec peine que nous referons le circuit inverse. Une fois sur place, notre ami Didi souhaite nous montrer son petit 'musée'. Nous le suivons et il nous emmène dans son garage.

Tenue debout par des cales, on découvre une grande barque âgée de 110 ans. Il nous explique la pratique de la pêche dans 'le temps'. Bien sur nous avons de la difficulté à le comprendre mais saisissons le sens de son discours qu'on écoute avec passion. Il nous montre ensuite deux vertèbres de baleines et d'autres carcasses d'animaux marins. Sylvie a droit à un souvenir mais nous n'arrivons pas à connaître le nom de cette animal marin dont il reste la carcasse.

Nous quitterons ce charmant petit village et ses charmants habitants pour songer à quitter cette magnifique île Santa Catarina. Nous devions y rester une journée et cela fait trois jours que nous sommes là. Il va falloir songer à entrer dans les terres et quitter momentanément la côte atlantique.

Prochaine étape : Chutes d'Iguaçu.