• Jo et Sylvie

Carretera Australe 4 - Chaiten


22 décembre :

Après notre visite du glacier suspendu ‘Ventisquero Colgante’, nous reprenons notre route sur la Carretera Australe. Celle-ci est alternée d’asphalte et de piste.

Nous faisons halte à Puyuhuapi, un ‘pueblo’ niché au milieu d’une jungle impénétrable faite de rhubarbes et de fougères géantes. Ce village est sans grand intérêt pour nous qui voyageons en camping-car mais il reste une étape ‘dortoir’ pour ces ‘guerriers’ qui affrontent la traversée de cette route mythique qu’ils soient à vélo ou à pieds et sac à dos.

Nous retrouvons avec plaisir les ‘Tiself’, nos amis de France croisés la veille à la randonnée du glacier. Ils font aussi étape à Puyuhuapi. En fin d’après-midi, nous nous retrouvons en bordure de l’estuaire qu’entoure un splendide fjord pour un apéritif sur l’herbe. Nous échangeons sur le voyage notamment sur l’immense beauté des paysages parcourus jusqu’à présent et de la suite du périple de chacun.

23 décembre :

Après intendance du camping-car, nous repartons sur la Carretera Australe, prochaine étape Chaiten, une bourgade de 5000 habitants située en bordure de l’océan pacifique. Chaiten est le port de départ de ferry reliant Quellon situé sur l’île Chiloé.

Lors des préparatifs du périple, nous avions prévu de passer par cette île et rejoindre la ville Puerto Montt du Chili plus au nord. Beaucoup de personnes – voyageurs rencontrés et locaux – nous ont conseillé de poursuivre la Carretera Australe plus spectaculaire en terme de paysages à voir. C’est ce que nous allons faire…

Revenons à Chaiten. Ce village est entré dans l’histoire des catastrophes naturelles il y a 10 ans. Il a connu un brusque bouleversement lorsque le volcan Chaiten jugé éteint s’est réveillé en mai 2008 et s’est mis à cracher des colonnes de cendres sur 20 kms de haut.

La catastrophe provoqua inondations et les maisons pour la plupart furent couvertes de cendres, les habitants furent évacués et le village a été presque entièrement détruit.

Aujourd’hui, il reste encore des traces de ce sinistre comme une école abandonnée, des maisons détruites et des amas de cendres de la forme d’un terril sans compter les squelettes

d’arbres qui restent encore debout dans ce décor.

Nous faisons étape à la ‘Playa Santa Barbara’ à la sortie de Chaiten, une plage au sable noir d’origine volcanique, nous sommes face à l’océan pacifique. Cela nous fait tout drôle d’être entourés de volcans et de glaciers et que nous sommes au bord de l’eau. Nous pensons rester plusieurs jours dans le secteur car de nombreuses randonnées-découvertes sont possibles à en croire l’office de tourisme.

24 décembre :

Nous voici au 24 décembre … nous remarquons une grande différence dans les préparatifs de cette veille de fête par rapport à la France

En France, dès 8 :00 du matin, les magasins sont déjà ouverts et bondés de monde qui ne veut pas manquer d’acheter plateaux de fruits de mer, foie gras et gâteaux de soirée…. Par contre ici, nous n’avons pas le sentiment d’être à noël, les rues ne sont pas décorées à l’exception parfois de rencontrer la présence d’un sapin sur la place d’un village.

Les magasins n’affichent pas de promotions du style ‘2 achetés, 1 gratuit’ et ne sont pas remplis de produits festifs pour cette occasion. Il est même difficile de trouver une bûche glacée que nous allons remplacer par une glace ‘ordinaire’.

Nous profitons d’un wifi ouvert dans Chaiten pour appeler la famille et des amis (gros bisous à vous deux Evelyne et Jean-Pierre) et revenons ensuite à la plage de Santa Barbara.

A proximité de nous, d’autres camping-car allemands se sont installés. Un peu plus loin sur la plage, d’autres véhicules 4*4 ont dressé leur tente de camping. Il ne fait pas de vent et un peu partout des fumées de feu de camp apparaissent et montent vers le ciel. Nous partons faire une balade le long de la plage de sable noir et revenons avec des chutes de bois que la marée montante de la mer a rejeté sur le sable.

De retour au camping-car nous sortons la table de pique-nique et les chaises et allumons à notre tour un feu de camp, nous comptons bien faire une veillée au feu de bois.

Nous prenons notre apéritif avec un bon vin blanc de France assorti de tapenade et caviar d’aubergines, produits que nous avions emportés dans kokopelli à notre départ de France et gardés pour cette fin d’année. Vient ensuite notre repas préparé par le Chef de cuisine Sylvie composé d’un ‘ceviche’ fait maison accompagné d’avocat, de tomates et d’asperges.

Pour couronner ce repas, nous mangeons une bonne glace avec du nougat.

Nous passons la soirée au coin du feu de bois en contemplant les mouvements incessants des vagues qui viennent s’échouer sur le sable. Nous sommes en été et profitons que la nuit arrive plus tard. De temps en temps nous avons l’occasion de voir quelques dauphins ‘chiliens’ qui ont la particularité de ne pas sauter mais de nager lentement laissant apparaître leur nageoire. Nous avons aussi la chance de voir quelques pingouins de Magellan qui viennent à la surface de l’eau, replongent et ressortent un peu plus loin ainsi que des lobos qui semblent jouer dans cette eau du pacifique.

25 décembre :

Il fait beau ce matin et nous profitons de la marée descendante pour partir explorer la large bande de plage que forme la baie où nous nous trouvons.

En route, nous apercevons le volcan ‘Corcovado’ qui culmine à 2300 m avec son sommet enneigé, un volcan voisin au volcan Chaiten qui totalise 960 mètres. Nous approchons une colline qui a l’apparence du dôme d’un volcan. Nous savons qu’en continuant la Carretera Australe vers le nord depuis Chaiten, nous allons traverser toute une zone sismique du Chili avec des volcans dont certains sont encore en activité.

A notre retour de balade, nous constatons que les camping-car allemands sont partis et que d’autres véhicules sont arrivés, une famille du Danemark qui voyage en Amérique du Sud, un couple Suisse qui vient d’arriver au Chili après plusieurs mois passés en Australie et un autre couple Suisse qui parcourt les 3 Amériques à bord de leur véhicule 4*4.

Nous passons un moment agréable à discuter avec tout ce petit monde et échangeons des informations utiles pour la suite du voyage.

Ce soir du 25 décembre, la nature nous offre un superbe coucher du soleil qui passe du jaune au rouge de minute en minute. Nous savourons chaque instant de ce magnifique cadeau de noël offert par ‘Dame Nature’ et apprécions une fois de plus la chance de pouvoir faire ce voyage et parcourir ces régions magnifiques de notre terre.

26 décembre :

Nous faisons l’intendance du véhicule et partons pour le ‘Parque Nacional Pumalin’ situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Chaiten.

Ce parc verdoyant privé a été créé par l’Américain Douglas Tompkins qui dégouté par l’attitude des grandes entreprises forestières décida d’acheter de vastes terres afin de préserver faune et flore. Le parc s’appelle ‘Parque Pumalin’, il est gratuit jusqu’au 1 janvier prochain. Il est basé sur le modèle nord-américain avec centre d’information, espaces de camping engazonnés et accès aux différentes pistes de randonnées bien entretenus.

Nous partons faire une randonnée jusqu’à un mirador. La piste traverse une jungle faite de bambous, de larges feuilles de rhubarbe, fushias gigantesques fleuris à cette période de l’année et de fougères géantes. Le chemin monte de plus en plus et nous avons de la difficulté à avancer.

Nous avons sous-estimé le niveau de la randonnée et sommes partis sans nos bâtons de marche.

Avec peine, il faut le dire, nous arrivons enfin au belvédère…

Malheureusement, le ciel bleu a changé de couleur, des nuages gris ont fait leur apparition et nous distinguons moins bien les nombreux glaciers du ‘Ventisquero Amarillo’ appartenant au ‘Parque Pumalin’.

De retour au camping-car, la pluie commence à tomber, la température qui était de 23° chute à 9°, les sommets des montagnes environnantes se couvrent d’une épaisse brume, nous décidons de ne pas rester dans le parc et repartons à notre bivouac de la plage de ‘Santa Barbara’. En passant par Chaiten, nous faisons une halte à l’agence de services maritimes ‘Somarco’ pour y acheter notre billet de ferry reliant Caleta Gonzalo à Hornopiren.

Pour poursuivre la Carretera Australe jusqu’à son point final au nord, la ville de Puerto Montt, nous allons prendre trois ferry successifs.

27 décembre :

Il fait très chaud ce matin. Quelques nuages de brumes recouvrent quand même les sommets des montagnes avoisinantes. Nous songeons à quitter Chaiten afin d’avancer dans le périple mais avant nous ne voulons pas rater de faire l’excursion la plus populaire, à juste titre, qui est celle du sentier du cratère du volcan Chaiten. Ce chemin de 5 heures aller-retour conduit jusqu’au cratère encore fumant.

Nous quittons la plage ‘Santa Barbara’ empruntons une piste menant au parking du pied du volcan, point de départ de la randonnée. Ce coup-ci, nous prenons nos bâtons de marche. La balade commence par un chemin agréable au milieu d’une épaisse végétation qui mène à un torrent à traverser.

Le spectacle est déjà un spectacle de désolation, d’immenses troncs d’arbres morts sous l’effet de la chaleur de l’éruption des cendres du volcan sont là empilés les uns aux autres. D’autres troncs sont encore debouts pointant vers le ciel sortant d’une végétation qui après 10 ans semble masquer cette catastrophe.

La balade se poursuit par une série d’escaliers faits de bois et l’enchainement de certaines marches demande de gros efforts. Nous arrivons sur une partie aride composée de cendres accumulées. La montée devient pénible…. Mais comme le dira en anglais un touriste croisé dans sa descente : ‘voir certains beaux coins de la planète demande des efforts’.

La partie supérieure menant au cratère est nue et dépourvue de toute végétation. Sylvie n’arrivera pas à atteindre le sommet avec son problème de vertige. Elle m’attendra afin que je puisse terminer l’ascension et immortaliser ce passage de photos.

Arrivé en haut, le spectacle est garanti. Le cratère ne ressemble pas à un cratère ‘ordinaire’ d’un volcan avec une surface arrondie. Ici le haut du cratère Chaiten décrit une forme ovale qui s’étale sur près de 3 kms. On distingue au fond 2 lacs dont l’un est de couleur verte.

De larges versants colorés viennent se confondre dans ces lacs. Le versant culminant laisse encore échapper quelques fumerolles. Ce volcan s’est ‘rendormi’ sans s’être complètement ‘éteint’.

La descente est tout aussi difficile que la montée, les mêmes marches de bois sont là et bien sur toujours de hauteur inégales, cela demande de grandes enjambées.

De retour en fin d’après-midi à la plage ‘‘Playa Santa Barbara’. Nous rencontrons 2 familles françaises ‘Les Chicoufs’ et les ‘Enorica’ qui voyagent en Amérique du sud.

La soirée se passe autour d’un bon feu de bois avec un apéritif sympathique et les échanges vont bon train dans une bonne ambiance de rires, le tout couronné par un coucher de soleil splendide.

Prochaine étape : Puerto Montt - Fin de la Carretera Australe