• Jo et Sylvie

De Puerto Varas à Bariloche


05 janvier :

Après notre merveilleuse visite du volcan Osorno, nous retournons à Puerto Varas pour la nuit.

Ce 05 janvier commence par une belle journée ensoleillée, nous nous rendons à un petit village situé à une dizaine de kilomètres de Puerto Varas : Nueva Branau.

Nous avons appris qu'une fête locale allait avoir lieu durant tout le week-end : la fiesta costumbrista Entre Ríos y Praderas.

Nous arrivons peu après 11:00 du matin et sentons déjà une effervescence sur cet immense champ tondu pour l'occasion. Très vite cette odeur d'herbe fraîchement coupée va être remplacée par les odeurs des batteries de barbecues mis en route pour la fête, certains montages de tourne-broche vont bien nous amuser, voilà une idée de génie ....

Dans un autre côté du champ, des vendeurs de 'tout et de rien dressent une tente et étalent leur marchandise. Plus loin, ce sera la buvette et à côté d'elle un marchand de glaces qui prendront place. Bien sur nous allons retenir l'emplacement du marchand de glaces pour 'tout à l'heure', il est encore tôt :-). Surplombant le champ se trouve un podium où des techniciens du son essaient les micros. Tout semble prêt, les voitures arrivent peu à peu.

Nous faisons le tour des stands en faisant une halte au podium et discutons avec la personne responsable du son. La musique qui sort des gros caissons est très agréable à écouter et reflète bien le Chili. Nous proposons à cette personne un échange de musique MP3 avec nos chanteurs français. Nous lui confions une clé USB et revenons un moment plus tard reprendre notre clé avec des albums que nous prendrons plaisir à écouter en roulant avec kokopelli.

Les odeurs que dégagent les barbecues nous donnent faim, nous nous installons à un stand et passons notre commande. A côté de nous, une famille en vacances dans la région attend comme nous la venue du repas. Nous discutons avec eux, un de leurs fils Esteban maitrise très bien l'anglais et avec le peu d'espagnol que nous possédons, nous arrivons à nous faire comprendre et passons un moment très agréable.

Nous parlons de notre voyage, Ignacio semble très curieux sur notre périple. Lui et sa famille habitent Santiago et nous voici invités à passer chez eux lorsque nous ferons étape dans cette ville.

Nous quittons notre table pour laisser notre place à d'autres personnes et partons faire visiter le camping-car et s'amuser à faire voler leur drone. C'est un 'gadget' qui me tenterait bien...mais son utilisation est 'prohibido' (interdit) dans certains sites.

Nous quittons ce merveilleux moment passé en leur compagnie et après des embrassades, nous promettons de les revoir à Santiago, donc dans un peu plus d'un mois.

Nous continuons notre balade de stand en stand en faisant bien sur une halte au marchand de glaces pour ensuite aller suivre le spectacle.

Un groupe de musiciens monte sur scène et à priori ils doivent être bien connus à voir la foule qui s’amasse au pied du podium !

Dans l’après-midi, nous assisterons à différentes danses locales originales avec une musique assez entrainante.

Il nous faudra ensuite quitter tout ce monde pour reprendre la route.

En sortant du parking, nous avons la surprise de voir que ce n’est pas qu’en France que les gilets jaunes apparaissent, ici aussi…pas forcément pour les mêmes raisons...

Nous prenons la route de Frutillar en suivant la route touristique qui longe le Lago Llanquihue (Lac Llanquihue).

Nous établissons notre bivouac face au musée que nous comptons visite, nous sommes aussi face au volcan Osorno qui prend mille teintes oranges avec le coucher du soleil.

Nous passerons la soirée à jouer au scrabble, étudier la suite du périple et mettre à jour le site, notamment le circuit parcouru (Ici)

06 janvier :

Frutillar est une cité balnéaire située en bordure du lac avec son théatre qui attire bon nombre de touriste durant l’été et nous sommes en été !

Ce ville a pris forme suite à la colonisation allemande dans les années 1850. Les rues, les restaurants, les maisons font penser que nous sommes en Allemagne.

Un musée réunissant quelques maisons d’époque reflète les conditions de vie de l’époque.

Alors que nous apprêtons à déjeuner, quelqu’un tape à la porte du camping-car, Matias et Denise, deux amis Brésiliens de passage à Frutillar ont reconnu notre véhicule et sont venus nous saluer. Matias est la personne que Sylvie avait coiffé – je veux dire – rasé il y a deux mois en arrière au parc Torres Del Paine.

Se revoir est un grand moment de joie et discutons de nos périples. Nous promettons de rester en contact et ‘sans doute’ nous reverrons-nous plus haut en Argentine ou au Chili

Nous quittons Frutillar pour Puerto Octay, un petit village situé à proximité du même lac. Le ciel est bien chargé de nuages, ce qui empêche de bien voir le volcan Osorno mais aussi d’autres volcans autour de lui.

En route nous parlons de tous ces gens qu’ils soient seuls ou accompagnés, en voyage comme nous ou habitants du pays et arrivons à la même conclusion...

Nous ne dirons plus :

‘qu’allons voir aujourd’hui’... mais ‘qui allons-nous voir aujourd’hui’.

Ces connaissances sont tout aussi agréables l’une ou l’autre, nous rencontrons des gens merveilleux qu’il est difficile parfois de quitter.

07 janvier :

Après une nuit calme mais réveillés par des cris de bandurrias (ibis), nous reprenons la route en direction de l’Argentine. Nous voulons nous rendre à San Carlos de Bariloche et découvrir ensuite la région des fameux ‘7 lagos’ dont beaucoup d'Argentins et des voyageurs nous ont recommandé de visiter.

Il pleut ce matin-là et cela joue sur le moral. Ne nous plaignons-pas, nous sommes en vacances mais avoir de la pluie durant deux jours consécutifs en camping-car est quelque chose que nous n'aimons pas.

Nous avançons vers le Chili et avec la brume épaisse qui couvre les sommets, nous ratons la vue sur des volcans comme celui du Puyehué, le Cordon Caulle ou encore Casablanca.

La frontière se trouve à quelques kilomètres de là mais nous ne souhaitons pas franchir le col maintenant.

Nous arrivons en fin d'après-midi au parque nacional de Puyehué,

Nous demandons au responsable 'guadarparque' si nous pouvons bivouaquer sur le terrain de la Conaf. Aucune opposition et nous voici installés.

Il est encore tôt et profitons d'une accalmie pour aller visiter quelques cascades au milieu de forêts épaisses.

08 janvier :

Troisième jour de pluie ... Le plus triste c'est que nous 'ratons' des paysages que nous ne verrons plus....

La route sinue à travers des 'dunes' de cendres de l'éruption du Cordon Caulle qui date de 2011. Le ciel est toujours bien couvert et alterné de pluie

En arrivant au sommet du col, la pluie se transforme en neige glacée qui pique au visage. il fait 3 degrés! Juste le temps de faire quelques photos et nous rentrons bien au chaud dans le camping-car. Nous déjeunons et apercevons un couple à vélo qui approche du sommet. Ils font étape. Nous les entendons parler français et les invitons à venir se réchauffer dans kokopelli avec une boisson chaude. Nous discutons un bon moment en leur expliquant la route de la Carretera Australe, route qu'ils comptent bien faire jusqu'au bout. Bon courage à vous deux Aurélien et Annaelle (albici2018.wordpress.com).

Nous prenons la route du passage frontalier international Cardinal Antonio Samorè.

Les formalités sont très rapides, 'bing-bing', 2 nouveaux tampons sur nos passeports et aucun contrôle 'sanitaire'.

Peut-être que le mauvais temps est la cause ou alors est-ce la fait que c'est le moment des congés annuels et les douaniers fatiguent avec l'affluence du trafic.

Nous descendons ensuite le col, traversons la localité de Villa La Agostura et arrivons à San Carlos de Bariloche sans avoir pu apprécier la beauté du Lago Nahuel Huapi...... C'est comme çà, on ne peut pas commander la météo....

09 janvier :

San Carlos de Bariloche est surnommée la 'Suisse Argentine' pour son architecture Suisse et son chocolat.

Nous partons découvrir la ville en empruntant un bus qui nous dépose à deux pas du centre touristique. Il fait froid, très froid même. Nous sommes à une altitude de 900 m et les sommets environnants sont couverts d'une neige récente.

Il fait tellement froid que nous passons d'une galerie marchande à une autre... Il arrive parfois qu'il se mette à pleuvoir et de constater que cette pluie se transforme en flocons...

Nous entrons finalement dans une grande boutique de chocolats, elles sont nombreuses ici....

Nous nous rabattons sur des chocolats au détail. Comme nous ne connaissons pas les variétés, une vendeuse nous 'soigne' et nous permet de goûter avant d'acheter.

Après 10 kms parcourus dans la ville, nous rentrons au camping-car. Il y a d'autres coins aux alentours de Bariloche mais il semblerait que les deux jours suivants soient ensoleillés. Nous préférons quitter cette ville 'très touristique', trop à notre goût pour mieux profiter des paysages que nous allons rencontrer sur la route des 7 lacs.

Prochaine étape : Route des 7 lagos et San Martin Los Andes.