• Jo et Sylvie

Volcan Lanin


13 janvier :

Décidément nous nous sentons bien dans cette ville de San Martin De Los Andes et tardons à partir. Nous allons parcourir la ville une dernière fois. Il y a moins d'agitation que la veille, la majeure partie des habitants dort encore.

Nous nous arrêtons à un magasin d'alimentation, un 'must' et faisons quelques emplettes pour les jours à venir.

La randonnée que nous prévoyons de faire prochainement part depuis l'intérieur du Parque Nacional Lanin et il y sera difficile de trouver des magasins.

Nous quittons la ville après intendance de kokopelli et roulons en direction du parc. La route traverse de vastes étendues de champs pour devenir de plus en plus vallonnée. On devine la présence d'anciens volcans à en croire les anciennes coulées qui descendent des collines.

Nous passons Junin Los Andes, une petite ville paisible où traverse le Rio Chimehui, lieu de concentration des pêcheurs à la truite.

Peu après la sortie de la ville, nous prenons la direction du lago Huechulafquen qui doit son nom à la langue mapuche - huechu (grand) et laufquen (lac): « le grand lac ».

Nous franchissons le poste de péage du parc en réglant le montant 'touriste', toujours plus cher et empruntons une piste ! Nous avions oublié les pistes de la Carretera Australe et nous revoici sur une piste longue de 50 kms faite de cailloux, de poussières volcaniques... Nous avançons à 20 kms/h, l'avantage est qu'à cette vitesse nous pouvons apprécier la beauté du paysage.

Nous longeons le lac dominé au nord par l'imposant volcan Lanin qui forme un cône couvert de neige et de glaciers comparable à son frère du Chili, le volcan Osorno.

Le volcan Lanin est un volcan situé en limite entre Chili et Argentine. Son point culminant est de 3747 mètres. Il est couvert de glaciers à son sommet sur la face sud. Sa dernière grande éruption date du XVIII° siècle.

Cette piste qui nous amène jusqu'à Puerto Canoa possède des entrées à des campings mais l'accès est assez étroit. Une fois arrivés au point de départ de notre prochaine randonnée, nous allons demander au Gardarparque (garde du parc) si nous pouvons utiliser le parking 'visiteurs' pour stationner la nuit. Permission accordée, nous pouvons garer kokopelli à côté du chalet des rangers et en plus nous avons du wifi gratuit pour consulter nos mails et prendre contact avec la famille sans oublier de consulter la météo pour les jours suivants, un paramètre important avant de partir en randonnée.

14 janvier :

Il fait chaud, beau et le ciel est tout bleu ce matin. Toutes les conditions sont réunies pour partir faire la randonnée recommandée par Horacio rencontré à San Martin De Los Andes.

Cette randonnée de 20 kms part depuis Puerto Canoa et suit l'Arroyo Ruculeufu, une rivière qui traverse prairies et forêts depuis les glaciers du volcan.

Nous apprécions beaucoup de pouvoir marcher avec de la fraîcheur que dégage les torrents. En chemin nous croisons des imposants araucacias.

Ce sont des arbres voisins des pins aux feuilles en écailles triangulaires piquantes.

Le chemin avance dans le creux d'un ancien glacier. Au milieu s'écoule avec force la rivière 'Arroyo Ruculeufu' offrant des vues magnifiques. Cette même rivière longe les coulées de laves des anciennes éruptions du volcan.

Peu à peu, le dénivelé se fait sentir.... Nous voulons nous arrêter au 'point mirador' situé sur le plan, nous avançons et nous ne trouvons pas de mirador. Nous croisons deux personnes qui descendent de la base du volcan qui nous conseillent de poursuivre. L'ascension du sous-bois est de plus en plus dure et de plus dans cette forêt nous ne voyons pas le volcan apparaitre. Par contre il nous arrive souvent de rencontrer de jolis lézards colorés...

Nous poursuivons avec peine et finalement nous arrivons à la base du volcan !

Devant nous son dôme couvert de glaciers, des cascades qui partent de tous les bords et sous nos pieds bien poussiéreux des amas de cailloux et de roches. Le volcan est absolument magnifique, on distingue bien les nombreux glaciers.

Autant dire que la fatigue de la randonnée est vite oubliée tant le résultat est garanti.

Nous prenons notre pique-nique et continuons à approcher de plus près cette base. Les cailloux volcaniques sont difficiles à franchir, on glisse parfois. C'est curieux mais certaines pierres sont vraiment légères. Nous allons tenter (chut pour les passages en douanes) de garder quelques échantillons.

Nous ne nous lassons pas du décor qui nous entoure. Je continue seul l'ascension qui devient un peu plus vertigineuse, le spectacle est magique. Au fond de la vallée, on arrive à distinguer le lac, point de départ de la randonnée. Le versant du volcan témoigne encore de la coulée de lave de sa dernière éruption.

Nous posons encore des dernières photos avant d'entamer notre descente.

Le ciel devient changeant, voilà que tout à coup un gros nuage arrive couvrant le sommet du volcan et quelques gouttes tombent. Il nous faut songer à faire les 10 kms pour retourner au camping-car.

Nous saluons le volcan et entrons dans des sous-bois, le soleil est revenu et apprécions d'autant plus d'être à l'ombre pour cette descente. En chemin, nous trouvons de belles fleurs en bordure de rivière.

On serpente tranquillement pendant deux bonnes heures dans la forêt avant d'arriver au parking, contents de notre journée et contents de se dire 'nous l'avons fait'.

15 janvier :

Nous repartons sur cette fameuse piste, roulant à faible vitesse. Nous félicitons kokopelli qui se conduit très bien dans les côtes, les virages et qui encaisse ces cailloux qui viennent heurter le dessous du châssis.

Il aura droit à un bon lavage dès que l'occasion se présentera.

De retour sur la route principale 'asphaltée', nous nous dirigeons vers la route 60 menant au Paso Tremen O Mamuil Malal, nous contournons le volcan Lanin.

Nous faisons étape à 3 kms du poste frontière avec le Chili. Nous avons avec nous encore des fruits et légumes que nous voulons finir avant de passer la frontière Chilienne qui interdit toute importation de produits fruits-légumes-viandes ... Il y a aussi quelques balades depuis ce côté nord du volcan.

Depuis le parking, nous allons photographier le volcan lorsque deux jeunes filles et le père de l'une d'entre elles nous interpellent. Elles posent beaucoup de questions sur notre voyage. Nous arrivons à nous faire comprendre. Toutes les deux sont étudiantes, l'une en criminologie et l'autre en géologie. Ce qui est fascinant c'est la curiosité qu'elles dégagent avec les questions posées. Nous passons un adorable moment avec elles. Elles souhaitent aussi pouvoir voyager un jour avec une 'casarodante' (camping-car). Nous immortalisons ces moments agréables par des photos.

16 janvier :

Il fait beau mais venteux ce matin du 16 janvier.

Moment de lessive, moment des comptes, moment de mettre à jour le site en profitant d'un bon wifi, la matinée passe vite comme toutes les journées du reste.

Nous voici en début d'après-midi et profitons du soleil pour aller faire une balade jusqu'au Lago Tromen afin d'avoir un autre angle de vue de ce magnifique volcan qu'est Lanin.

Le sentier traverse des prairies et il nous arrive souvent de jeter un oeil derrière nous pour admirer le volcan mais aussi par crainte de voir surgir un chat.....ou presque....un puma ! Nous voici avertis quand même mais bon il semblerait que ce félin craigne l'homme...

Après une petite heure de marche, nous arrivons en bordure du lac d'où part une magnifique rivière. Le coin est idyllique avec d'un côté le volcan Lanin et son cône tout blanc pointé vers le ciel et d'un autre côté le lit de la rivière bordé d'arbres.

Nous prenons un bain de soleil et longeons ensuite le bord du lac composé d'un sable noir fait en partie de pierres volcaniques. Il n'est pas facile d'avancer dans ce sable mou, le moindre pas relève de la poussière masquant la couleur de nos chaussures.

Nous traversons un bosquet d'araucarias sans perdre de vue le volcan qui est face à nous.

Nous revenons au camping-car et entamons un sérieux nettoyage des affaires.

Nous avons eu de la chance de voir ce volcan sous de multiples facettes par le côté nord regroupant plus de glaciers mais aussi par ce côté sud qui offre un autre décor, une autre dimension. Nous préparons notre départ, demain nous repassons au Chili...

Prochaine étape : Le volcan Villaricca (Chili)