• Jo et Sylvie

Laguna Brava


02 mars :

Nous voici à un 'grand jour'.... destination : Laguna Brava - Altitude : 4500 m - remarque : Laguna Brava (province de la Rioja) est une des tuiles appartenant au toit du monde...

A l'intérieur du camping-car tout est rangé et tout ce qui est susceptible de tomber est mis au sol, le frigo est verrouillé de manière à ce qu'il ne s'ouvre pas dans un des virage de la piste que nous allons prendre. Tout est vérifié, baies verrouillées, nous prenons place en fin de file comme nos amis les Tiself.

Devant nous quatre voitures argentines font partie de la caravane. Le guide réalise un breefing sur le périple qui va durer 8 heures. Il indique les précautions à suivre afin de s'acclimater sur l'écart d'altitude que nous allons subir. Il remet à chaque véhicule un talky-walky afin de garder le contact en route.

Nous voici partis pour une grande première.... Passerons-nous le cap sans embûches ? Nous suivons scrupuleusement les recommandations du guide et buvons de l'eau progressivement à petite dose. Nous avions emmené de France une paire de talky-walky qui nous permet d'échanger depuis notre camping-car avec les Tiself derrière nous... L'ambiance en route est bonne et on se prête souvent à des messages du genre 'je te reçois 5/5, à toi....'

La route est asphaltée puis devient une piste pour redevenir asphaltée ensuite. Premier arrêt, le guide s'assure que tout le monde va bien et profite de cette étape pour nous expliquer les formations rocheuses de la région.

Nous faisons ensuite un nouvel arrêt à proximité d'une formation rocheuse un peu particulière dans la Quebrada de la Troya. Le glissement et le soulèvement des couches terrestres a donné naissance à la formation d'une pyramide.

Nous reprenons tous la route et arrivons à un petit pueblo. L'axe principal du village est en fait le rio qui est actuellement à sec. Nous achetons de 'bons empanadas' ainsi que des gâteaux faits 'maison', que de bonnes choses locales faites par une mamie. Mais bon nous conservons tout ceci pour plus tard, il faut manger peu sur les conseils du guide.

Alors que nous faisons nos emplettes plusieurs voitures 4x4 arrivent d'où sortent des cameramans et photographes accompagnant une personne. Renseignements pris auprès d'argentins, cette personne est un chanteur très populaire en Argentine.

Javier Calamaro fait étape ici avec son équipe de techniciens avant de se rendre à la 'Corona del Inca', un point culminant à 5000 mètres pour y produire un clip.

Après cette étape d'altitude la route devient une piste et les décors changent, nous sommes dans un autre monde, une autre dimension, les versants de montagnes prennent des tons pastels, quelque chose d'irréalisable même pour un peintre. Le couleurs passent par le rouge, le rose, le blanc, le vert. C'est magique pour ne pas dire hallucinant ! Nous voici à 3000 mètres. Encore une étape permettant de monter en 'douceur', notre guide en profite pour savourer son 'maté' !

Nous continuons à avancer, Kokopelli semble bien se comporter. La caravane de véhicules ralentit puis s'arrête et repart à nouveau. Le camping-car de Franck et le notre sont stoppés au milieu de la côte.

Au moment de repartir, les roues de Kokopelli ne veulent plus avancer sur le sol caillouteux. Au talky walky je demande aux Tiself de reculer pour pouvoir prendre de l'élan. L'excursion devient sportive... Je passe la première puis la deuxième et Kokopelli s'en sort à merveille. Franck des Tiself ne tardera pas à nous rejoindre. Voici l'équipe au complet.

Nous franchissons des gués. Sortis de là, la piste est boueuse et il faut sinuer entre les trous. La piste redevient vite sèche et poussiéreuse.

Nous avançons au milieu de ces magnifiques décors qui deviennent de plus en plus lunaires. (Merci Franck et Sophie pour ce partage de videos.)

Problème peut-être lié à l'altitude - nous sommes à 4000 m - le camping-car des Tiself peine à avancer. Le véhicule est garé sur le bord de la piste, les enfants des Tiself continuent avec nous tandis que les parents prennent place dans une des voitures de la caravane.

Le guide me montre du doigt la partie la plus abrupte de la piste menant à la lagune et me demande de passer en tête afin de ne pas être gêné par les autres voitures. Nous nous lançons à cette ascension et kokopelli se 'distingue' remarquablement, c'est la première fois qu'il monte aussi haut. Nous ne constatons pas de baisse de régime et restons entre la seconde et la première vitesse par moment.

Nous voici sur un plateau et les autres véhicules ne tardent pas à nous rejoindre. Nous arrivons finalement à la LAGUNA BRAVA, un spectacle magique devant nous à 4500 mètres d'altitude.

Au loin sur la lagune, on distingue à peine les restes d'un crash d'avion datant de nombreuses années, une de ses ailes est plus proche de nous.

Pour immortaliser l'excursion, je cours au camping-car chercher le drapeau français, une erreur, à peine ai-je fait 3 mètres que je m'essouffle et continue en marchant.

Nous partons en convoi à proximité d'un espace de la lagune où habitent des flamands roses en plain ballet ! Même si la respiration est un peu difficile à cette altitude qui nous rapproche presque de celle du Mont Blanc en France, nous sommes ravis d'être là et contents du comportement de kokopelli. Nous avons un 'aperçu' des prochaines altitudes que nous connaitrons par la suite dans le périple.

L'heure avance et il est temps d'amorcer avec tout autant de vigilance la descente de la piste. En chemin, les Tiself reprennent possession de leur véhicule et nous retournons ensemble au village de Vinchina avec des yeux émerveillés par cette journée qui a vite passer.

Le chemin du retour est tout aussi spectaculaire et riche en couleurs que l'aller.

Le passage de 4500 à 2000 sera assez rapide et très poussiéreux. Sophie des Tiself semble être incommodée par le mal de l'altitude et il a fallu descendre afin qu'elle n'ait plus de malaise.

Revenus à 1200 m, nous faisons une halte dans les parois rocheuses découpées et marquons un arrêt.

La paroi montre les pattes fossiles de 'créatures' et nous nous interrogeons sur la forme géométrique d'une paroi ressemblant un peu à un damier. Nous prenons les photos de ces endroits afin d'interroger le bureau des guides.

L'explication nous l'avons eu, la forme géométrique correspond à un lac asséché formant des croûtes de boues. Le bouleversement de l'écorce terrestre a soulevé le sol pour le renverser à 90°. Aujourd'hui il représente un tableau des mouvements géologiques de notre terre.

Prochaine étape : Carnaval à Villa Union