• Jo et Sylvie

La capitale de l'empire Inca : Cusco


20 novembre :

Nous passons une bonne partie de la matinée à sympathiser avec d'autres voyageurs du 'seul' camping de Cusco.

Nous faisons enfin la connaissance de Jean et Nicole qui sont en voyage aussi. Ils habitent à une centaine de kilomètres de chez nous dans le Var et nous n'avons pas eu l'occasion de se rencontrer avant le voyage.

Les discussions avec d'autres voyageurs se font en anglais ou en espagnol, l'ambiance est agréable et cela permet surtout de mieux comprendre ce qu'il y a à voir et à faire sur Cusco et par la suite sa célèbre région, la Vallée Sacrée.

Cusco ('Qosqo' en quechua) est un passage incontournable pour un voyage au Pérou.

Appelé 'Nombril du monde' à l’époque des Incas qui en firent leur capitale, Cusco est une des villes les plus fascinantes du Pérou.

En fondant Cusco, les Incas posèrent la première pierre du plus vaste empire de l’ère précolombienne qui allait s'étendre de la Colombie en Argentine.

Lors de la conquête espagnole au XVI° siècle, la structure urbaine de la ville a été préservée et les églises comme les belles demeures ont été construites sur les fondations de la cité Inca.

La découverte du Machu Picchu en 1911 par l'explorateur américain Hiram Bingham donna le titre d'être la capitale archéologique de l'Amérique.

Nous partons découvrir le site Sacsayhuamán situé à 10 minutes à pieds du camping. Sur place nous réglons notre 'boleto completo' qui va nous donner droit d'entrée à une certain nombre de musée et de sites archéologiques des environs.

Situé en haut d'une colline surplombant Cusco, Sacsayhuamán contient d'imposants blocs de pierre dont on se demande comment ils ont pu être acheminés jusqu'ici et encastrés les uns aux autres au millimètre près.

Le plus grand de ces monolithes atteint 8.5 m pour un poids de 350 tonnes.

Lors de notre visite, nous ferons la connaissance de Jorge et son épouse et passerons un moment sympathique en discutant du mystère que renferment ces énormes pierres.

Le site de Sacsayhuamán était une véritable forteresse Inca composée de remparts parallèles atteignant 600 mètres de long disposés en zigzag.

Après cette visite, nous poursuivons notre marche jusqu'à un autre site archéologique, le site de Q'enqo.

Ce site dont le nom signifie 'zigzag' en langage Quechua est en fait un sanctuaire Inca dédié au culte et aux rites.

On apprend peu de choses sinon qu'il possède des cavités souterraines où des Incas venaient se prosterner pour adorer Inti le dieu soleil ou Pachamama la déesse de la Terre.

Nous voici dans l'après-midi, il pluvine de temps à autre mais nous poursuivons jusqu'au site voisin, le 'temple de la Lune' bien qu'une fatigue s'installe.

Bon hormis l'agréable balade qui nous mène jusque là avec des décors magnifiques et des villages authentiques, nous remarquons aucun lien avec la Lune.

En poursuivant notre randonnée, nous croisons une femme qui tricote dans une pâture reculée longeons ce qui était autrefois au temps .

Elle nous indique la direction d'un des chemins des Incas qui servait à relier les pueblos entre eux.

Nous regagnons le camping-car, un peu fatigués par la marche de la journée à une altitude de 3600 mètres. Nous sommes contents de notre journée mais nous regrettons le manque total d'explications devant certaines ruines des sites parcourus.

'Toc Toc', voilà qu'on frappe à notre porte et grande surprise en ouvrant de retrouver Nickie et son mari Yves, un couple formidable qui venait d'arriver au camping.

Nous avions fait connaissance l'an passé en Argentine et nos chemins de route se sont croisés à nouveau.

Avec le camping-car voisin, nous organisons un repas commun. Nous passons une très agréable soirée qui permet d'échanger sur les routes à emprunter, eux qui descendent et nous qui montons.

21 novembre :

Dans un camping, on a toujours tendance à papoter avec les uns et les autres. Nous avions prévu d'aller découvrir Cusco à 8:30 et ce n'est qu'à 10:00 que nous partons à pieds en direction du centre.

Nous longeons des vieilles rues faites de pavés. On se croirait un instant dans le quartier Montmartre de Paris. De petites boutiques sont là sur le pas de porte.

Nous arrivons au centre et admirons la beauté unique liée à une architecture coloniale bien conservée.

La ville est faite du centre des cultures indigènes Quechua dans les Andes. Nous errons, nous flânons d'une rue à l'autre, d'une place à une autre.

Il fait bon se perdre dans des rues inconnues, histoire d'observer l'architecture coloniale espagnole bâtie sur la solidité des fondations des anciens monuments Incas.

Nous succombons au charme entier de la ville malgré les raquetteurs qui offrent des séances de massage ou vendant des tours opérateurs ou pour finir proposant le meilleur souvenir au meilleur prix.

Comme nous sommes dans le centre de la ville, nous cherchons à préparer notre excursion pour visiter dans quelques jours le célèbre Machu Picchu.

Pour s'y rendre au nous devons aller au village de Ollantaytambo, mettre le camping-car en sécurité, prendre un train qui va nous emmener à Aguas Calientes, y passer une nuit et le lendemain prendre un bus pour accéder au site du Machu Picchu.

Ensuite faire le circuit inverse en soirée pour revenir au camping-car.

Bref nous passons à Inkarail, société ferroviaire et recevons des informations sur les horaires et le tarif dont le prix diffère en fonction de l'horaire choisi.

Nous partons ensuite nous documenter sur les billets d'entrée du site Machu Picchu et du tarif du bus pour y monter.

Toutes ces étapes nous semblaient confuses et à présent nous comprenons mieux le déroulement des étapes.

Nous prenons enfin un taxi qui nous ramène au camping et nous nous amusons à chiffrer la prochaine visite de ce célèbre site. Bien sur nous n'allons pas écarter cette visite, ce serait dommage mais nous devons admettre que le 'site Machu Picchu' porte plus le nom de 'gouffre de Machu Picchu' tant sa visite est onéreuse où tout se paie à prix fort et plus particulièrement pour les touristes étrangers.

22 novembre :

Nous voici repartis dans la capitale Inca. Nous reprenons un réel plaisir à descendre vers le coeur de la ville. Nous nous servons moins du plan.

Il nous arrive fréquemment de stopper à un magasin de souvenirs et bien sur d'en ressortir le sac à dos un peu plus chargé de souvenirs.

Nous passons confirmer nos réservations pour le train et l'heure de visite du Machu Picchu car son ticket est valable à une heure donnée pas avant ni après.

Nous profitons du charme de la ville pour déjeuner en terrasse dans un bon petit restaurant avant de se rendre au quartier San Pedro où se trouve un grand 'mercado' (marché) à la fois artisanal (de Chine) mais aussi avec un grand étalage de produits alimentaires comme fruits légumes viande et poisson...

Pourquoi pas ne pas visiter un musée sur le Machu Picchu histoire de se mettre au courant sur sa découverte et comment en est-il arrivé à ce stade de popularité aujourd'hui.

Sortis de là, il commence à faire nuit, la règle 'habituelle' est de ne pas rester en ville, nous avons avec nous appareil photo, souvenirs et argent dans nos sacs à dos. Nous prenons un taxi et en moins de 10 mn nous voici rendus au camping.

Nous discutons avec nos amis Yves et Nickie autour d'un petit apéritif dinatoire et abordons les étapes pour faire la visite du Machu Picchu. C'est décidé nous prévoyons de la faire ensemble.

23 novembre :

Aurions-nous oublié quelque chose en ville ? Sans doute quelques souvenirs à caler dans la soute du camping-car dont chaque recoin se remplit de plus en plus.

Nous nous arrêtons dans une rue piétonne le long d'un mur fait de pierres incas, attraction populaire à Cusco.

Nous restons admiratifs devant 'La' célèbre pierre composée de 12 angles.

Cette technique de maçonnerie utilisée il y a plus de 700 ans n’utilise pas de ciment mais des tailles complexes pour faire en sorte que les pierres forment des joints parfaits et autant dire que la jointure est parfaite.

Un peu plus loin, nous nous arrêtons devant une galerie d'art qui expose des peintures.

Nous sommes fascinés par une toile représentant 3 péruviennes avec leurs magnifiques costumes, les couleurs sont chatoyantes avec la lumière des spots du magasin.

Le tableau nous plait beaucoup mais son coût est élevé et son transport en camping-car jusqu'en mars prochain risquerait de détériorer la toile. Nous abandonnons l'achat et nous nous contentons de faire une photo. Je tenterai de peindre à peu près la même scène au retour en France.

Nous traversons une grande rue pour se rendre à un musée lorsque nous entendons une fanfare qui approche. Les services de police arrêtent la circulation intense de la ville et peu à peu voilà qu'un défilé de carnaval de danses costumées s'exécute sous nos yeux admiratifs.

Nous avons eu de la chance de se trouver là juste à ce moment-là.

Nous partons faire la visite d'un musée, Le Musée du site Qoricancha qui se situe Avenue el Sol à deux pas du centre historique.

C'est un petit musée souterrain présentant des pièces archéologiques. Ces dernières apportent un éclairage sur les culture inca et pré-Inca. Le musée dispose de 5 chambres où sont exposés des fragments de céramique de la période Inca, des textiles, peintures et poteries trouvés dans les fouilles...

On y découvre aussi les méthodes employées par les Incas pour déformer le crâne d'enfant en bas âge vers l'arrière.

Sortis du musée, nous nous enchainons dans un autre musée celui de l'art indigène.

Nous faisons ensuite des emplettes de tissu 'andin', un tissu très coloré avec quelques motifs, serait-ce le dernier achat à Cusco ?

Il approche 18:00 et pour clôturer notre dernier jour ici, nous partons assister à un spectacle de musique au centre Qosco d'art natif.

Chaque soir de la semaine se déroule une représentation des danses typiques de tout le Pérou avec ses costumes traditionnels.

Assis sur la deuxième rangée nous sommes émerveillés par cette représentation.

A la sortie nous prenons un taxi pour rentrer et préparer le véhicule pour le départ du lendemain.

Où sommes-nous :

Prochaine étape : Route pour 'La Vallée Sacrée'.