• Jo et Sylvie

Villa de Leyva

09 février :

Villa de Leyva est une petite ville (comme Oraison) aves ses 6 000 habitants.

Elle est reconnue par l'architecture coloniale qu'elle possède. Elle attire beaucoup de touristes et est rendue célèbre à cause de son immense place centrale à gros pavés et les bâtiments construits tout autour.

Cette place totalise 14000 m2 et est la plus grande place d'Amérique du Sud, ce qui vaut à Villa de Leyva d'être inscrite au Patrimoine national de Colombie.

Nous arpentons les ruelles bondées de touristes, de restaurants et de voitures en stationnement.

Contrairement à ce que racontent les guides touristiques,nous ne sommes pas ‘tombés' amoureux de cette bourgade. Certes l'ambiance est agréable, nous y trouvons des murs blanchis à la chaux sur lesquels débordent des arbustes en fleur, des façades de maison qui rappellent l’Andalousie avec ses balcons qui se détachent mais non, la ville ne nous a pas plus ‘emballée' que çà….

Dans l'après-midi un orage se prépare et nous préférons rentrer au camping.

10 février :

A environ deux kilomètres du centre de Villa Leyva, se trouve la plus grande 'céramique' du monde, la maison de l'architecte Octavio Mendoza qui a conçu un projet presque fou en réalisant une demeure de 500 m2 en briques et être cuite.

Cette construction qui porte le nom de 'Casa Terracota' est faite sur 2 étages et ressemble plus vu de l'extérieur à un tas d'argile grossièrement façonnée.

Mais en entrant dans la demeure, on a vite l'impression d'entrer dans un conte de fée, quelque chose d'irréel avec les formes intérieures lissées à la main. Chaque recoin est judicieusement étudié pour y entreposer des bibelots.

Une sympathique cuisine où rien est négligé donne sur un vaste hall d'entrée avec un escalier donnant accès a l'étage. Au milieu de ce hall est solidement suspendu une oeuvre d'art representant une araignée en métal.

La visite se poursuit dans les pièces annexes, comme les chambres avec un dégagement vers des balcons, chaque chambre possède une salle de bains avec des sanitaires tres colorés en mosaique.

Les terrasses se rejoignent sur une toiture de forme assez singulière rappelant une maison de schtroumpfs. Rien n'a été oublié dans cette réalisation, un escalier extérieur permet de passer de la toiture a un espace de barbecue où même table et chaises sont faits en terre cuite.

Après cette visite, nous repartons au centre de Villa Leyla un peu déserté des touristes car nous sommes lundi et nous nous arrêtons un restaurant face à la grande place.

Histoire de faire une promenade digestive, nous reprenons un chemin qui nous mène à une série de 6 petits lacs naturels. Ces lacs remonteraient à des millions d'années à la période où la mer s'est retirée du continent.

Riches en minéraux comme le plomb, soufre, cuivre, sélénium la baignade y est jnterdite mais cela n'empêche pas une balade agréable entre pins et eau verte des lacs.

Nous revenons ensuite au camping et profiter du beau temps de cette fin de journée pour 'descansar' (se reposer). Diana, la propriétaire s'est absentée pour Bogota et nous sommes les seuls occupants.

Nous profitons du hamac avant de songer a repartir pour Tunja, au rendez-vous de contrôle ophtalmique prévu pour demain.

12 février :

Nous sommes accueillis par le personnel de la clinique qui nous connait 'bien' a présent.

Sylvie effectue un certain nombre d'examens et le Docteur Cetina nous reçoit pour nous rassurer en commentant les résultats. Nous partons cependant avec des ordonnances de traitement.

Après de multiples 'au-revoir' se promettant de rester en contact, nous prenons la route pour Barichara, plus au nord.

Où sommes-nous :

Prochaine étape : Barichara