Lagoa de Peixe

18 Aug 2018

La lagune 'Lagoa de Peixe' se situe  toujours dans l'état du Rio Grande du Sud du Brésil. Elle s'étend sur une trentaine de kilomètres avec d'un côté l'océan atlantique et de l'autre côté la laguna Patos.

Pour y accéder, nous allons emprunter un ferry reliant Rio Grande à San José de Norte. La durée est de 30 mn. Nous faisons la queue pour attendre d'embarquer kokopelli à bord. Une personne attirée par le camping-car s'approche et nous demande 'd'où venez-vous, où allez-vous'. On se prête facilement au jeu car au moins une fois par jour nous répondons aux mêmes questions....

 

Bien sur il ne parle que le portugais qui est la langue ici au Brésil et nous ne parlons pas cette langue mais les échanges sont super. C'est un adepte de camping-car, il connait des endroits où aller, d'autres où se garer. Se idées sont les bienvenues. Il nous laisse sa carte si nous avons des questions. je ne vois pas comment nous pourrons communiquer avec whatsapp mais bon cet homme s'est rendu bien serviable et notre carte routière est à présent chargée d'informations.

 

Nous entrons kokopelli sur le bac qui est en fait un plateau tracté par un remorqueur. Le port d'arrivée ne présente pas d'intérêt. Nous quittons le village en direction du Lagoa de Peixe.

La route est toute droite, nous traversons des prairies immenses avec des vaches, des chevaux, des oies ainsi qu'une belle tortue qui cherche à atteindre l'autre côté de la route, un serpent quant à lui moins sera moins chanceux.

Nous croisons beaucoup de maisons colorées qui nous obligent à marquer une pause.

 

Nous arrivons à l'intersection qui nous indique l'accès à la lagune où se trouvent des flamands roses. Le problème est que c'est une piste de sable... Nous décidons de la prendre mais de ne pas hésiter à faire demi-tour en cas de doute...

Nous roulons environ 4 kilomètres lorsque nous remarquons la présence d'un cours d'eau qui traverse la piste. Un véhicule ordinaire passe, une véhicule 4*4 bien sur sans aucun problème.

 

Mais notre kokopelli comment va-t-il se comporter ? Ce n'est pas le moment de jouer à pile ou face...Il est près de 18:00 et nous préférons renoncer à tenter le passage, faire demi-tour pour trouver un bivouac... Sage décision...

 

Nous reprenons l'axe principal et stoppons au niveau d'une maison. Nous demandons où nous pouvons trouver un camping où quelque chose de similaire pour 'estancionar' une nuit. L'une des 3 femmes nous propose de placer kokopelli sur son terrain. 

L'idée nous plait bien, nous voici entre terre et marécage, pas loin de cette piste de la lagune que nous pourrions explorer à pieds le lendemain et nous insistons pour payer quelque chose. La personne refuse 'catégoriquement'. Les habitants des fermes voisines attirés par le stationnement de kokopelli viennent nous rendre visite.

Lorsque nous avons croisé ces 3 personnes, elles s'apprêtaient à partir faire une petite marche, Sylvie part avec elles tandis que je reste sur le terrain à m'occuper de placer les cales de kokopelli. Dans une dialogue de 'sourd et muet', nous sympathisons beaucoup avec la propriétaire Maria. Nous avons de bonnes parties de rires et arrivons à s'entendre pour faire ensemble le lendemain une marche jusqu'aux flamands roses.... Le départ est programmé pour 9:00.

 

16 août :

Maria est prête à l'heure convenue. Nous partons à trois en camping-car et stationnons le véhicule au même endroit où nous avons fait demi-tour la veille. La visite du parc est agréable, cela ressemble un peu à la camargue avec ses étendues d'eau et les chevaux qui pataugent dedans sans compter les hérons blancs qui reculent à notre venue.