Carretera Australe 1 - Cochrane

8 Dec 2018

 

29 novembre :

 

Nous quittons El Chalten et son merveilleux parc national que nous classons parmi nos favoris dans la liste de nos souvenirs pour son côté ‘nature’ préservé et ses décors absolument majestueux. Les pics se cachent sous l'épaisseur des nuages.

 

 

Nous longeons le Lago Viedma jusqu’à l’intersection avec la ‘ruta 40’ et prenons la direction du nord.

 

 

La route est très agréable et traverse des étendues de steppes tout en longeant la Cordillère des Andes. Peu à peu les paysages changent et des collines vallonnées apparaissent, nous traversons une zone d’anciens volcans comme témoignent de vastes coulées de laves refroidies. La ‘ruta 40’ se transforme en piste et nous voici partis pour 70 kms de piste. 

 

 

La conduite devient éprouvante pour ne pas dire pénible et sommes obligés de réduire la vitesse à 40 zigzagant d’un côté à un autre de la route à la recherche de la meilleure conduite.

 

Dans le camping-car tout tremble et nous avons même du mal à écouter la musique.

 

 

 

Après 5 h00 de route  et après avoir parcouru 200 kms la route redevient soudainement asphaltée aux abords d’une petite ville ‘Gobernador Gregores’ . Nous ne comprenons pas pourquoi cette portion de ‘ruta 40’ que nous venons de franchir est encore une piste, est-ce une question de budget ou peut-être à cause du sol volcanique en perpétuel mouvement.

Nous n’irons pas plus loin aujourd’hui, épuisés par la route et nous nous installons comme d’autres camping-car à côté d’une station service YPF profitant ainsi d’une connexion Wifi.

 

 

Nous ne pensons pas nous éterniser ici mais partons visiter la ville en passant par l’office du tourisme. Nous sommes accueillis par deux sympathiques personnes, Carla et Angelina qui travaillent ici et qui sont très curieuses de notre périple. 

Nous discutons beaucoup sur les randonnées faites récemment à El Chalten.

 

 

Nous passons un bon moment en leur compagnie et promettons de revenir les saluer avant notre départ pour le Chili et sa mythique ‘Carretera Australe’.

 

30 novembre :

 

La journée passe vite, mise à jour du site, contact avec la famille, partie de scrabble… Comme promis, nous repassons saluer l’office de tourisme. Il est trop tard pour reprendre la route et décidons de rester une nuit supplémentaire à Gobernador Gregores. Si la station de service reste une bonne opportunité (mais bruyante la nuit)pour avoir du wifi gratuit, nous recherchons un coin plus sauvage pour notre seconde nuit et sur le conseil de Carla et Angelina, nous partons dans une prairie à proximité d’une rivière.

 

 

Alors que nous sommes en pleine partie de scrabble dans la soirée, une voiture vient se garer à côté de nous.

Nous râlons un petit peu car il y a beaucoup d’espace autour de nous et nous nous demandons pourquoi cette voiture vient stationner à deux mètres à peine de kokopelli.

 

 

Les portières s’ouvrent et voici que Carla et Angelina et son papa sortent et souhaitent nous saluer pour savoir si nous sommes bien installés !

Petit moment de discussion à l’intérieur du camping-car que nous immortalisons par une photo de famille !

 

01 décembre :

 

Nous quittons Gobernador Gregores et reprenons la ‘ruta 40’ toujours en direction du nord afin de bifurquer pour le Chili. La route serpente de vastes collines colorées où vivent des guanacos. Nous remarquons en bordure de route un autre style de 'casarodante' (camping-car), sans doute moins sophistiqué que l'est kokopelli.

 

Nous sommes encore dans une région d’anciens volcans et les roches prennent des teintes qui passent du noir au blanc en passant par du rose-orange.

Nous nous arrêtons souvent pour admirer tous ces paysages et arrivons à une petite ville ‘Perito Moreno’ où nous faisons étape.

 

02 décembre :

Nous quittons Perito Moreno en direction du Chili. La route se rapproche à nouveau de la Cordillère des Andes, nous longeons le ‘Lago Buenos Aires’, le lac le plus grand de Patagonie australe et au loin apercevons les sommets enneigés des la cordillère.

Nous arrivons à Los Antigos, la capitale de la cerise. Les arbres sont remplis de cerises presque mures mais il manque encore 3 semaines... tant pis ! Nous ne pouvons pas être de partout au bon moment.