Carretera Australe 4 - Chaiten

27 Dec 2018

22 décembre :

Après notre visite du glacier suspendu ‘Ventisquero Colgante’, nous reprenons notre route sur la Carretera Australe. Celle-ci est alternée d’asphalte et de piste.

 

Nous faisons halte à Puyuhuapi, un ‘pueblo’ niché au milieu d’une jungle impénétrable faite de rhubarbes et de fougères géantes.   Ce village est sans grand intérêt pour nous qui voyageons en camping-car mais il reste une étape ‘dortoir’ pour ces ‘guerriers’ qui affrontent la traversée de cette route mythique qu’ils soient à vélo ou à pieds et sac à dos.

 

Nous retrouvons avec plaisir les ‘Tiself’, nos amis de France croisés la veille à la randonnée du glacier. Ils font aussi étape à Puyuhuapi. En fin d’après-midi, nous nous retrouvons en bordure de l’estuaire qu’entoure un splendide fjord pour un apéritif sur l’herbe. Nous échangeons sur le voyage notamment sur l’immense beauté des paysages parcourus jusqu’à présent et de la suite du périple de chacun.

 

23 décembre :

Après intendance du camping-car, nous repartons sur la Carretera Australe, prochaine étape Chaiten, une bourgade de 5000 habitants située en bordure de l’océan pacifique. Chaiten est le port de départ de ferry reliant Quellon situé sur l’île Chiloé.

 

Lors des préparatifs du périple, nous avions prévu de passer par cette île et rejoindre la ville Puerto Montt du Chili plus au nord. Beaucoup de personnes – voyageurs rencontrés et locaux – nous ont conseillé de poursuivre la Carretera Australe plus spectaculaire en terme de paysages à voir. C’est ce que nous allons faire…

 

Revenons à Chaiten. Ce village est entré dans l’histoire des catastrophes naturelles il y a 10 ans. Il a connu un brusque bouleversement lorsque le volcan Chaiten jugé éteint s’est réveillé en mai 2008 et s’est mis à cracher des colonnes de cendres sur 20 kms de haut.  

 

 

La catastrophe provoqua inondations et les maisons pour la plupart furent couvertes de cendres, les habitants furent évacués et le village a été presque entièrement détruit. 

Aujourd’hui, il reste encore des traces de ce sinistre comme une école abandonnée, des maisons détruites et des amas de cendres de la forme d’un terril sans compter les squelettes

d’arbres qui restent encore debout dans ce décor.

 

Nous faisons étape à la ‘Playa Santa Barbara’ à la sortie de Chaiten, une plage au sable noir d’origine volcanique, nous sommes face à l’océan pacifique. Cela nous fait tout drôle d’être entourés de volcans et de glaciers et que nous sommes au bord de l’eau.  Nous pensons rester plusieurs jours dans le secteur car de nombreuses randonnées-découvertes sont possibles à en croire l’office de tourisme.

 

24 décembre :

Nous voici au 24 décembre … nous remarquons une grande différence dans les préparatifs de cette veille de fête par rapport à la France

 

En France, dès 8 :00 du matin, les magasins sont déjà ouverts et bondés de monde qui ne veut pas manquer d’acheter plateaux de fruits de mer, foie gras et gâteaux de soirée…. Par contre ici, nous n’avons pas le sentiment d’être à noël, les rues ne sont pas décorées à l’exception parfois de rencontrer la présence d’un sapin sur la place d’un village.

 

Les magasins n’affichent pas de promotions du style ‘2 achetés, 1 gratuit’ et ne sont pas remplis de produits festifs pour cette occasion. Il est même difficile de trouver une bûche glacée que nous allons remplacer par une glace ‘ordinaire’. 

 

Nous profitons d’un wifi ouvert dans Chaiten pour appeler la famille et des amis (gros bisous à vous deux Evelyne et Jean-Pierre) et revenons ensuite à la plage de Santa Barbara.

A proximité de nous, d’autres camping-car allemands se sont installés. Un peu plus loin sur la plage, d’autres véhicules 4*4 ont dressé leur tente de camping. Il ne fait pas de vent et un peu partout des fumées de feu de camp apparaissent et montent vers le ciel. Nous partons faire une balade le long de la plage de sable noir et revenons avec des chutes de bois que la marée montante de la mer a rejeté sur le sable.

 

De retour au camping-car nous sortons la table de pique-nique et les chaises et allumons à notre tour un feu de camp, nous comptons bien faire une veillée au feu de bois.

Nous prenons notre apéritif avec un bon vin blanc de France assorti de tapenade et caviar d’aubergines, produits que nous avions emportés dans kokopelli  à notre départ de France et gardés pour cette fin d’année. Vient ensuite notre repas préparé par le Chef de cuisine Sylvie composé d’un ‘ceviche’ fait maison accompagné d’avocat, de tomates et d’asperges.

 

Pour couronner ce repas, nous mangeons une bonne glace avec du nougat.

Nous passons la soirée au coin du feu de bois en contemplant les mouvements incessants des vagues qui viennent s’échouer sur le sable. Nous sommes en été et profitons que la nuit arrive plus tard. De temps en temps nous avons l’occasion de voir quelques dauphins ‘chiliens’ qui ont la particularité de ne pas sauter mais de nager lentement laissant apparaître leur nageoire. Nous avons aussi la chance de voir quelques pingouins de Magellan qui viennent à la surface de l’eau, replongent et ressortent un peu plus loin ainsi que des lobos qui semblent jouer dans cette eau du pacifique.

 

25 décembre :

Il fait beau ce matin et nous profitons de la marée descendante pour partir explorer la large bande de plage que forme la baie où nous nous trouvons.