Mendoza

23 Feb 2019

15 février :

Le ciel est gris ce matin, une brume de mer empêche le soleil de rayonner. Nous mettons de l’ordre dans le camping-car et quittons avec un petit pincement au cœur la côte pacifique.

Nous la reverrons plus dans le nord dans quelques mois lors de notre deuxième périple en longeant le Pérou et l’Equateur.

A présent, nous devons songer à repasser en Argentine. Il nous reste un mois tout juste avant de rentrer en France.

 

En route, nous cherchons où se ravitailler en eau. C’est l’été et la zone est déclarée zone sèche. Pour la première fois nous essuyons deux refus en station service, les quantités sont limitées nous explique-t-on. Nous continuons notre route pour Los Andes et en traversant un village, nous nous trompons de route et aboutissons à une petite place engazonnée pour y faire demi-tour.

A voir un aussi beau gazon bien vert, il doit être sans doute fréquemment, j’en déduis qu’un robinet doit se trouver à proximité.

 

Nous interrogeons le propriétaire d’un magasin de glaces pour connaitre l’existence d’un robinet d’eau aux alentours. Il nous invite à faire le plein chez lui. Mieux encore, afin de faciliter le remplissage, il déplace son véhicule  pour que nous puissions avancer le camping-car au plus proche. Alors que nous effectuons le plein d’eau, une longue conversation s’en suit avec le propriétaire, son épouse, leur fils, mais aussi des voisins attirés par la présence de kokopelli dans ce coin retiré. La présentation du périple ressemble à un vrai cours de géographie avec de brillants étudiants à l’écoute. Il fait chaud et le propriétaire s’absente un instant pour revenir avec une glace pour chacun. Nous passons un merveilleux moment en leur compagnie et laissons un petit drapeau français en témoignage de notre passage. Un grand merci Hugo et Carmen pour nous avoir permis de se ravitailler chez vous.

 

Nous reprenons la route et faisons étape à Los Andes, dernière grande ville avant de passer la frontière Chili-Argentine.

 

16 février :

Il a fait bien chaud cette dernière nuit, le ventilateur a fonctionné toute la nuit. Aujourd’hui, un fameux col nous attend pour passer en Argentine.

Fameux et pour cause…. Si la route monte légèrement au début, très vite il s’en suit toute une série de lacets enchainant l’un sur l’autre menant au sommet à 3185 mètres d’altitude.

 

La route est large et très fréquentée des camions qui assurent une liaison entre Chili et Argentine. Au début on s’amuse à compter les ‘curvas’ (courbes) mais nous arrêtons très vite, Sylvie préférant contempler le paysage et ...... surveiller ma conduite, pour ma part garder un bon régime de kokopelli pour enchainer d’un virage à l’autre.

 

Arrivés au sommet nous quittons le Chili, un agent de douanes nous indique que tout est regroupé quelques 70 kms plus loin. Mais alors où sommes-nous en ce moment, au Chili ou en Argentine ?