La Cité Sacrée des Quilmes

18 Aug 2019

En passant par ici, se contenter de prononcer le terme 'Ruines de Quilmes' serait toléré si on limitait la visite à un simple aperçu général du site.

 

Mais face à l'immense étendue mise au jour par les archéologues sans compter les endroits encore inexplorés, le terme plus approprié est 'La cité sacrée des Quilmes'. En un mot c'est géant !

 

La visite se déroule en deux temps, un passage incontournable par un musée, qui relate l’histoire de la cité à travers le temps.

Ensuite, un guide nous accompagne dans la cité sacrée et nous explique les différentes formes des habitations et la position de celles-ci adossées  sur les contreforts du mont Cerro Alto del Rey.

Parmi ces vestiges on trouve des pièces rectangles qui servaient de cérémonies, des pièces carrées pour les habitations et autres enclos de pierre pour les animaux.  Les habitations circulaires servaient quant à elles de ‘greniers’ à grains.

 

 

Au cours de notre visite, on remarque plusieurs mortiers ‘pierre-pierre’ ayant servi à la production de farine de maïs.

 

Les habitants au nombre de 5000 vivaient de la culture du maïs, du quinoa, de pommes de terre et haricots.

 

L’élevage des lamas leur apportait la laine, le lait et la viande.

 

 

Des sentiers permettent de circuler d’une habitation à une autre mais aussi de monter sur les flancs de la cité. Partout nous trouvons la présence d’immenses cactus candélabres qui pointent vers le ciel.

 

Le chef de la communauté habitait une maison située en hauteur tandis que les classes sociales inférieures dans les parties basses. Des forteresses permettaient de surveiller la vallée grâce à une excellente visibilité.

 

Mais qui a habité la cité sacrée de Quilmes ?

 

Là nous devons dire que nous restons cruellement sur notre faim avec les différentes tribus qui ont vécu ici.

 

Peut-être par méconnaissance de la langue espagnole qui ne nous a pas permis de comprendre l’histoire de la cité. Toujours est-il que nous avons ensuite ‘jouer’ aux archéologues ‘à notre façon ’en fouillant des pages ‘Google’.

 

Ce que nous retenons… La cité remonterait au XI° siècle. Les Quilmes originaires du Chili auraient traversé la Cordillère des Andes.

 

Arrivés sur le site, les deux communautés Quilmes et Calchaquíes parvinrent à vivre en paix. L’influence Inca aurait été de courte durée sur le site mais qui imposera sa langue Quechua et ses traditions mettant fin à la langue ‘kakan’.

 

 

En raison de la position géographique de la ville, les Quilmes ont pu résister durant cent trente ans à l’invasion des conquistadors espagnols. En 1667, les Quilmes sont finalement défaits.

 

Les survivants de cette guerre sont déportés à pieds par les Espagnols vers la Province de Buenos Aires, à plus de 1 200 km de la Cité Sacrée, et s’installent dans un endroit devenu plus tard la ville de Quilmes. Parmi les 1000 prisonniers Quilmes, beaucoup y laisseront leur vie.

 

Il est trop tard pour reprendre la route et préférons rester sur le parking à deux pas de la cité.

 

Où sommes-nous :

 

Prochaine étape : Cafayate – ‘Ruta del Vino

 

 

Share on Facebook
Please reload

Posts à l'affiche