Norte Grande du Chili

15 Oct 2019

14 octobre :

Après une nuit bien agitée par un vent d’altitude, nous laissons derrière nous l'observatoire et prenons la route en direction du nord, destination Tocopilla en passant par la route côtière.

 

Nous repassons par Antofagasta où nous nous arrêtons devant des falaises spectaculaires habitées par une multitude d'oiseaux dont notamment des pélicans.

 

Pris entre l’océan pacifique et la chaîne de la cordillère des Andes, nous voici dans le ‘Norte Grande’ (Grand Nord), une région des plus arides de la planète qui arrive jusqu'au bord de mer. Les distances entre deux villages de pêcheurs sont énormes.

 

La ruta 1 qui est en voie d’être asphaltée reste encore par endroits très poussiéreuse.

Mais le déplacement par la côte vaut quand même le détour, la route traverse d'un côté des décors lunaires avec ses formations rocheuses et de l'autre l'océan qui offre couleur et espace infini.

 En soirée, nous arrivons à une ville laide de premier abord avec une grande usine hydroélectrique qui produit ici de l'électricité pour la mine de Chuquicamata.

Nous voici à Tocopilla et trouvons un coin calme et abrité qui atténue les vagues déferlantes de la marée.

 

L'intérieur est très différent, les rues sont spacieuses, les maisons colorées, les magasins y sont nombreux. Cela donne l'impression d'être en Europe.

 

Cette ville a vécu des temps très difficiles. L’exploitation passée du ‘guano’ (déjections des oiseaux) et le salpêtre est aujourd'hui terminée. La ville vit de pêche locale et des mines environnantes.

 

 A être en bord de mer, nous ne ratons pas l'occasion d'acheter du poisson sans oublier d'aller revoir des 'lobos' qui se plaisent dans ce port agréable.